Rechercher
  • Fred Joyeux

La dernière hausse...

Mis à jour : 8 déc. 2020

Ce week-end, mon petit astronaute et moi avons effectué une de nos dernières visites au rucher avant l'hivernage. Les abeilles, de leur côté, ont déjà commencé à se calfeutrer, regroupées en grappe à l'intérieur de la ruche pour maintenir autour de la reine une chaleur constante de 35° (en été elles font de même mais en version climatiseur !). Hiver comme été, c'est par l'action de leur ailes qu'elle parviennent à garder la température nécessaire aux besoins de l'essaim.

Lors de cette visite, j'avais à retirer une dernière hausse sur une ruche qui était encore trop populeuse au moment de la récolte du sarrasin pour que je puisse la priver de cet espace supplémentaire (la hausse est la partie rouge que l'on voit sur la photo, posée sur la partie bleue qui elle est la ruche à proprement parler).

Une hausse, qu'est-ce que c'est ? C'est là où, à la belle saison, les abeilles stockent leur trop plein de miel, et c'est cette partie, et cette partie seulement, que les apiculteurs récoltent. Dans le corps de la ruche il y aussi beaucoup de miel mais l'apiculteur ne le récolte jamais car il correspond aux besoins des abeilles pour passer l'hiver. Leur prélever du miel dans la ruche serait les condamner à une mort certaine l'hiver suivant.

Quant la ruche est vraiment populeuse (c'est-à-dire avoisine ou dépasse les 60.000 abeilles) on peut laisser une hausse en place pour diminuer deux risques : le blocage de la ponte de la reine et l'essaimage. Car, en effet, en cas de manque de place, la reine régule sa ponte en fonction de la population de la ruche et peut même la stopper s'il n'y a plus assez d'alvéoles où déposer ses oeufs. Ce qui a un effet immédiat : affaiblir la ruche ! Autre option en cas de manque de place, une partie de l'essaim peut décider de partir voir ailleurs pour fonder une nouvelle colonie. Sauf que mi-octobre est bien tard dans la saison pour qu'une telle aventure puisse avoir des chances de réussir.

Ainsi, pour éviter à nos petites protégées misère et désolation, on laisse alors une hausse le temps que leur nombre se régule naturellement à l'approche de l'hiver... mais, lors de l'arrivée des premiers froids, on retire cette hausse devenue inutile et qui représente un important volume à chauffer pour rien désormais ! Ainsi on évite fatigue et dépense d'énergie inutile à nos petites amies.

Pendant ce temps-là mon petit astronaute s'essayait au maniement de l'enfumoir ! Et c'est bien plus amusant d'enfumer papa que les abeilles avec qui on est toujours obligé de faire attention...

#apiculture #abeilles #miel #mieldevendée #mieldepays #apiculteur #fredjoyeux #reines #essaims #colonnies #alvéoles #hausse #enfumoir #hivernage

Posts récents

Voir tout
 

©2020 par Le Rucher d'Happy Fred. Créé avec Wix.com