Rechercher
  • Fred Joyeux

Vive le printemps ! Attention au printemps...

Profitant des beaux jours que nous connaissons tous ce jours-ci je me suis rendu à mon rucher samedi dernier pour faire ma "visite de printemps"... C'est officiellement cette visite d'inspection des ruches qui lance la saison apicole pour tous les apiculteurs.

Quant à elles, les abeilles, ont déjà repris leurs activités depuis quelques jours ou semaines... mais il faisait encore trop froid pour prendre le risque d'ouvrir les ruches pour ce premier état des lieux sanitaire des essaims hivernés.

Normalement, plus tard dans la saison, à partir de début mai, débute la période des essaimages qui voient une partie des essaims s'en aller vers de nouvelles aventures. C'est à dire qu'une bonne partie de la population d'une ruche part, à la suite de la reine, à la recherche d'un nouvel habitat.

C'est un des soucis majeurs des apiculteurs car, en pleine période de production de miel, cet exode est une catastrophe pour la récolte en vue. Avec une population divisée au moins par deux, les ruches ne donnent plus rien et les hausses restent vides. Il existe des méthodes pour gérer ce penchant des abeilles à l'essaimage (c'est un de leur mode de reproduction...) et c'est une partie importante du travail de l'apiculteur en attendant la récolte.

Mais là, fin mars, trop tôt, aucun risque d'essaimage, les essaims sont encore affaiblis par leur hivernage et les abeilles trop peu nombreuses...

D'où ma surprise, ce samedi 28 mars, de trouver en arrivant au rucher un essaim sur le départ... spectacle magnifique (voir la photo ci-contre) mais flippant ! Heureusement j'ai pu intervenir à temps et dès la fin de journée tout ce petite monde (au bas mot, 10 à 20.000 abeilles!) avait réintégrés la ruche.

Le remède ? Leur faire de la place ! Du coup, j'ai retiré la partition posée pour l'hiver et mis un cadre ciré en remplacement. Et j'ai aussi posé une hausse sur la ruche afin que ces demoiselles aient plus d'espace ! Puis je les aie laissées tranquilles...

Le lendemain j'ai ouvert la ruche pour analyser la situation plus en détail et, effectivement, (je le soupçonnais fortement) j'ai trouvé quatre cellules royales, ce qui, immanquablement (dans une situation comme celle-là) atteste de l'imminence d'un essaimage.

Ceci dit, la ruche dégorgeait encore d'abeilles malgré le fait que la hausse ait elle aussi était investie à raz-bord. Du coup j'ai posé une seconde hausse.

Une visite lundi 30 mars m'a permis de constaté que cette seconde hausse était elle aussi pleine d'abeilles !

Tout cela a tendance à me rendre optimiste (moi qui le suis toujours, c'est maladif...) pour la récolte à venir dans presque deux mois. On verra, un chat est là. Je le dis comme ça mais de mes années sénégalaises j'ai rapporté cette expression "Inch Allah" car j'aime beaucoup son sens profond qui n'est en rien religieux mais philosophique. Tout un rapport à la vie, au destin, à la fatalité et surtout à la fragilité de nos espoirs qui me parle beaucoup. Mais dans nos contrées occidentales le mot "Allah" semble être un gros mot et mes amis me crient dessus quand, face à l'incertitude je dis "Inch Allah"... pendant un temps j'ai tenté de dire à la place "Inch Allah laïque" mais c'était un peu lourd... alors maintenant je dis "Un chat est là"... Comprenne qui pourra et ça me va bien...

Enfin bref, ce n'est pas le sujet, je m'égare, en tous les cas, un essaimage si tôt dans la saison, c'est étonnant... et inquiétant... à la mesure de ces chaleurs estivales à la fin mars...

Un chat est là ?



Le grand départ pour un essaimage naturel au Rucher d'Happy Fred

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout